Publications

La pourpre dans les manuscrits d’apparat du haut Moyen Âge : de la caractérisation physico-chimique des matériaux à leur interprétation symbolique et sémantique.

(Charlotte Denoël)

« Les lettres d’or sont peintes sur des pages pourpres ;

le Royaume des cieux s’ouvrant à grand bruit avec le vermeil du sang, elles dévoilent les joies étincelantes du firmament étoilé ;

et la parole de Dieu, brillant d’un superbe éclat,

promet la récompense splendide de la vie éternelle.

Voici les préceptes divins ornés de la couleur des roses, ils montrent comment atteindre les exploits des martyrs ;

la pure virginité chère aux habitants du ciel demande à être adoptée sous l’aspect de l’or jaune ;

et par la splendeur de l’argent scintillant est représentée la vie conjugale accordée à tous.

Ainsi la doctrine de Dieu, écrite à l’aide de métaux précieux,

conduit vers le havre clair du royaume étincelant

ceux qui suivent d’un cœur sensible la lumière de l’évangile,

et qui montent sur les astres abrupts des hauteurs célestes,

et elle les réunit pour l’éternité dans le palais du Roi des cieux. »

(Traduction : Marie-Pierre Laffitte)

Dans ce poème inséré à la fin de l’Évangéliaire de Charlemagne (Paris, BnF NAL 1203), Godescalc, le maître d’ouvrage du manuscrit, a mis explicitement en relation les matériaux précieux, pourpre, or et argent, employés dans les Évangiles de cette époque avec les vérités spirituelles qu’ils renferment. À cet égard, la pourpre et les usages dont elle a fait l’objet au Moyen Âge constituent un terrain d’étude de choix pour explorer sous un angle interdisciplinaire le rôle des matériaux dans la conception et la réception des artefacts. Le colloque “Shades of Purple. Purple Ornament in Medieval Manuscripts” organisé par Thomas Rainer à l’Université de Zurich du 25 au 26 novembre 2021 dans le cadre du projet « Textures of Sacred Scriptures » a été l’occasion de faire le point sur les investigations menées ces dernières années sur un ensemble de manuscrits pourprés conservés à la Bibliothèque nationale de France. Depuis l’Antiquité, la pourpre est perçue comme un signe d’opulence et de pouvoir. Sa valeur économique est l’une des raisons de son succès dans l’Antiquité, où le murex, le coquillage dont elle était extraite, se monnayait à prix d’or sur les rivages de la Méditerranée et où les étoffes pourprées étaient devenues à l’époque républicaine l’apanage des sénateurs et des généraux vainqueurs, avant d’être portées exclusivement par les empereurs. Cette connotation régalienne se double d’une connotation chrétienne à partir du moment où le Christ est revêtu, en sus de la couronne d’épines, d’un manteau pourpré pour être présenté devant Pilate : de symbole de royauté – celle des Juifs de l’Ancien Testament et celle des empereurs romains –, elle s’impose progressivement comme la couleur indicielle du sang versé par le Christ lors de son sacrifice. Ce matériau était aussi très recherché pour ses remarquables qualités chromatiques. Il s’agit en effet d’une des rares couleurs à pouvoir être qualifiée de « versicolor », c’est-à-dire englobant un spectre chromatique très large allant du bleu-violet au rose, en passant par le gris, alors que pour notre œil moderne, la pourpre correspond à une teinte uniquement violette. Héritiers de cette construction culturelle, les médiévaux n’ont pas hésité à jouer des différentes teintes et de la densité de la pourpre dans les artefacts pour mieux en expliciter les valeurs symboliques, optiques et sémantiques. Les manuscrits d’apparat, majoritairement bibliques et liturgiques, des époques carolingienne et post-carolingienne permettent d’appréhender ce caractère polysémique de la pourpre. Plusieurs manuscrits d’apparat de haute époque (8e-11e siècle) conservés à la Bibliothèque nationale de France ont été analysés en 2007 par Patricia Roger (IRAMAT-CEB) à l’aide des techniques de la spectrophotocolorimétrie et de la spectrométrie de fluorescence X. Ses analyses, couplées à des expérimentations de mise en pourpre  du parchemin, ont permis de mettre en évidence l’emploi de substituts végétaux à la pourpre antique extraite du murex, le folium (ou chrozophora tinctoria) et l’orseille. Par la suite, les analyses menées par Mauricio Aceto (Université du Piémont oriental) sur un ensemble complémentaire de manuscrits contenant de la pourpre ont permis de confirmer l’emploi systématique de ces substituts au haut Moyen Âge. Ce tour d’horizon des techniques picturales pour obtenir la pourpre a été également l’occasion d’interroger la qualité symbolique, optique et sémantique de la pourpre dans les images, en lien avec la base en cours de construction à la BnF en partenariat avec l’INHA sur les analyses physico-chimiques des matières colorantes dans les œuvres d’art. Trois cas d’étude ont été sélectionnés : l’Evangéliaire de Charlemagne (Paris, BnF NAL 1203), les Evangiles de Saint-Riquier (Abbeville, BM, ms. 4) et les Recognitions du Pseudo-Clément (Avranches, BM, ms. 50).
Paris, BnF NAL 1203, ff. 4r et 11r
Abbeville, BM, ms. 4, ff. 153v-154r
Avranches, BM, ms. 50, f. 1
Pistes bibliographiques : Christa Hofmann, éd., The Vienna Genesis: Material Analysis and Conservation of a Late Antique Illuminated Manuscript on Purple Parchment, Wien: Böhlau Verlag, 2020. Charlotte Denoël, Patricia Roger-Puyo, Anne-Marie Brunet et Nathalie Poulain Siloé, « Illuminating the Carolingian Era: New Discoveries as a Result of Scientific Analyses”, Heritage Science 6 :28 (2018), en ligne : https://doi.org/10.1186/s40494-018-0194-1 Charlotte Denoël, Fabrizio Crivello et Patricia Roger, « Les Évangiles de Saint-Riquier », Art de l’enluminure n°46, septembre-novembre 2013. Charlotte Denoël, Marie-Pierre Laffitte et Patricia Roger, « L’évangéliaire de Charlemagne et les débuts de la Renaissance artistique à la cour de Charlemagne », Art de l’enluminure n°20, mars-mai 2007.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search