Fabrique matérielle du visuel

: transferts de matériaux et de techniques des panneaux peints en Méditerranée du XIIIe au XVIe siècle.
Sigrid Mirabaud, INHA, 2020-2023

Prenant naissance dans l’étude des processus de création des icônes éthiopiennes, ce projet se propose de travailler sur les transferts de techniques et de matériaux à l’œuvre en Méditerranée entre le XIIIe et le XVIe siècle, afin d’en comprendre les modalités et de mettre au jour les liens entre les différentes traditions de création de panneaux peints.

Prenant appui sur les sciences de la conservation, il s’agit d’intégrer pleinement l’étude des matériaux et de leur mise en œuvre dans les diverses problématiques de l’histoire de l’art, dans une dimension interdisciplinaire. En effet, les matériaux comme leur mise en œuvre se trouvent au carrefour de questionnements tout autant scientifiques que méthodologiques : sur des savoir-faire techniques variés, sur les effets visuels de matériaux d’autres couleurs dont ils résultent, sur les différents modes d’analyses qu’il implique pour la caractérisation de matériaux soit minéraux soit organiques, sur les héritages locaux ou transnationaux transmis dans le cadre d’échanges commerciaux ou religieux pour ce qui concerne les matériaux, le lexique et les symbolismes. Ce programme s’appuiera sur la mise en place d’une structuration des données liées à la matérialité des œuvres dans le modèle AGORHA, dans le cadre de la création d’une base de données sur un corpus de panneaux peints provenant du pourtour méditerranéen et d’Éthiopie (XIIIe – XVIe s.). Dans un deuxième temps interviendra une phase d’éditorialisation de ces données, en croisant notamment les matériaux, les couleurs, les mises en œuvre, l’iconographie, le style ainsi que la localisation spatio-temporelle de la création et des interventions anciennes (pré-XVIe). L’enjeu est de permettre des interprétations croisées entre des domaines qui ne communiquent, toujours, que difficilement entre eux, histoire de l’art, histoire technique, sciences expérimentales, pour faciliter de nouvelles interprétations et renouveler les pratiques. Le but est de dépasser l’approche positiviste souvent associée aux données de sciences expérimentales, et montrer de quelle manière les données matérielles peuvent devenir des sources au même titre que les données historiques, textuelles, stylistiques, etc.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search