Séminaires

Mardi 16 mai – Traditions et innovations : couleurs dans les sources et les œuvres d’art aux XVe et XVIe siècles

St Gall, Kantonsbibliothek, VadSlg Ms 394A, Donum Dei, Fol. 253r, Sol et Lune dans l’alembic, St Gall, 1530-1540. Photo: Robert Fuchs, Cologne / Göttingen.

Intervenante
Doris Oltrogge (université technique de Cologne)

Un grand nombre de recueils de recettes techniques nous est parvenu des XVe et XVIe siècles. Mais on a souvent remarqué des divergences entre la tradition écrite et les résultats d’analyse. Cela concerne surtout les innovations et les nouveaux matériaux, et fait ainsi paraître les recueils comme plus conservateurs. Mais l’étude méticuleuse de recueils individuels, de leur contexte, le rapprochement avec d’autres sources écrites, les résultats d’analyse et les méthodes de « re-enactment » aident à comprendre les rapports avec la pratique contemporaine, et à trouver les traces de nouveautés dans les sources écrites. La séance sera dédiée au traitement de certains pigments, nouveaux et anciens, dans les textes des XVe et XVIe siècles, et le lien avec la pratique d’atelier.

Mardi 16 mai, 14:00 – 16:00
INHA, Galerie Colbert, salle Walter Benjamin 6 rue des petits champs 75002 Paris – 75002 Paris

Nous vous informons que le programme du séminaire « La fabrique de l’art : utilisation des données matérielles en histoire de l’art » s’achève avec cette réunion. Merci de votre présence et de votre participation.

Nous vous rappelons également que la plupart des séminaires ont été enregistrés et peuvent être regardés via le compte YT de l’INHA : https://www.youtube.com/playlist?list=PLsl8NWzVv6T0Vksuxr3XlxW9ur93uKtfV

Mardi 11 avril, La matérialité du livre médiéval – Intervenant François Pacha-Miran (INHA)

Tétraévangile syriaque, mont Izla (actuelle Turquie), vers 1188-1204. Paris, BnF, ms. syr. 41, f. 10v., ©Bibliothèque nationale de France.

Les recherches récentes consacrées à la matérialité du livre médiéval ont vu s’ajouter à la codicologie et à la paléographie plusieurs méthodes d’analyse à même d’identifier les encres et colorants utilisés par les peintres. Cette avancée offre une contribution décisive à notre connaissance du fonctionnement des ateliers, de la circulation des matériaux, et de la perception des couleurs au sein des communautés chrétiennes de Méditerranée orientale. Les résultats des analyses menées sur un corpus de manuscrits arméniens, byzantins, coptes et syriaques de la BnF, de l’Antiquité tardive à la fin de l’époque médiévale, seront exposés. Ils seront examinés au prisme de la provenance et de la datation des manuscrits, ainsi que de l’iconographie et des pratiques.

Mardi 11 avril, 14:00 – 16:00
INHA, Galerie Colbert, salle Walter Benjamin
6 rue des petits champs 75002 Paris – 75002 Paris

Jeudi 16 mars, de 16h à 18h (séance reportée du 7 février dernier) : Le projet ArtTerm, la terminologie artistique (Italie, XVe-XVIe s.)

Gherardo Cibo (attr.), Maisons en pente et essais de couleur, Album B (livre de dessins), c. 16v, Jesi, Biblioteca comunale

Le projet ArTerm se situe au croisement de l’histoire de l’art, des techniques et de la langue, ayant comme objets la création d’une base de données et la constitution d’un Dictionnaire historique de la peinture, à partir d’un corpus significatif du patrimoine textuel et iconographique. Les objectifs et la méthodologie adoptés seront exposés à travers la présentation du numéro de la revue Studi di Memofonte (déc. 2022) consacrée au Lexique de la couleur (France-Italie, XIVe-XVIIe s.) ; ainsi qu’à travers des cas d’études montrant l’évolution des termes fondateurs du langage pictural, puisés notamment dans les livres de recettes, qui sont des recueils du savoir-faire pratique circulant dans les ateliers d’artistes (Italie du Nord, XVe siècle).

Intervenantes
Julia Castiglione (université de Rome La Sapienza), Margerita Quaglino (université de Turin), Anna Sconza (université Sorbonne Nouvelle – École française de Rome)

Adresse
Institut national d’histoire de l’art – Galerie Colbert (RDC), salle Walter Benjamin 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs – 75002 Paris

https://agenda.inha.fr/events/le-projet-arterm-la-terminologie-artistique-italie-xve-xvie-siecles

Pour mémoire, les séances du séminaire sont captées et diffusées sur la chaine YouTube de l’INHA

séance du 11 octobre, Livres de recettes, projet Colour ConText database Livres de recettes, par Sylvie Neven

séance du 15 novembre, Les matériaux du décor de Varron à Paul le Silentiaire : confrontation avec les vestiges, par Nicole Blanc et Hélène Eristov

séance du 13 décembre, Fabrique de la couleur au XVIIIe siècle : à la recherche du liant idéal, par Delphine Morana-Burlot

séance du 10 janvier, Les plus anciennes collections de recettes de pigments d’origine britannique, par Richard Gameson

Mardi 14 mars : Le projet AORUM et les sources techniques de la peinture

Pieter Jansz Saenredam, The Nave and Choir of the Mariakerk in Utrecht, Pieter Jansz Saenredam, 1641, oil on panel, 122 x 95 cm, Amsterdam, Rijksmuseum

Le projet AORUM (Analyse de l’OR et de ses Usages comme Matériau pictural en Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles), coordonné par Romain Thomas, est un projet interdisciplinaire (histoire de l’art, histoire et physico-chimie des techniques picturales, optique) qui s’attache à étudier l’or en tant que matériau pictural dans les pratiques artistiques en Europe occidentale, aux XVIe et XVIIe siècles. Au cours de cette séance du séminaire, Valentina Hristova et Romain Thomas se proposent d’interroger les sources techniques relatives à la peinture des Pays-Bas, des pays germaniques et de la péninsule italienne (recettes et traités, notamment), afin de comprendre ce qu’elles disent de l’or, et de comparer ces résultats aux données matérielles sur les œuvres.

Intervenants : Valentina Hristova (université catholique de Louvain), Romain Thomas (université Paris Nanterre)

mardi, 14 mars 2023
14:00 – 16:00

Adresse : Institut national d’histoire de l’art – Galerie Colbert, salle Walter Benjamin
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs – 75002 Paris

Les plus anciennes collections de recettes de pigments d’origine britannique – séminaire à l’INHA

La prochaine séance du séminaire la fabrique de l’art se tiendra le mardi 10 janvier, de 14h à 16h en salle Walter Benjamin (rez-de-chaussée de la galerie Colbert) Nous recevons pour l’occasion Richard Gameson, Professeur à l’Université de Durham en Histoire du livre. Il nous parlera des plus anciennes collections de recettes de pigments conservées dans des manuscrits d’origine britannique, qui remontent au XIIe siècle. Il présentera ces témoins, au nombre de trois, ainsi que la nature de leurs contenus textuels et leurs interdépendances. Les descriptions de pigments seront mises en regard des pigments identifiés dans les manuscrits enluminés contemporains à l’aide des techniques de spectroscopie (Raman, réflectance par fibre optique, rayons X) et d’imagerie multispectrale.

https://agenda.inha.fr/events/les-plus-anciennes-collections-de-recettes-de-pigments-dorigine-britannique

Séminaire à l’INHA « Le projet PolyCRomA : de la matérialité à la signification de la couleur sur la sculpture romaine

Séminaire à l’INHA « Le projet PolyCRomA : de la matérialité à la signification de la couleur sur la sculpture romaine »

Microfluorescence X sur une sculpture romaine ©E. Neri

Mardi 12 avril, 14h00
Institut national d’histoire de l’art – Galerie Colbert, salle Walter Benjamin 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs – 75002 Paris

Longtemps méconnue, parfois délibérément parce que sa présence choquait les idées reçues depuis Winckelmann sur la sculpture antique, la polychromie fait depuis une vingtaine d’années l’objet d’importants programmes de recherche, s’efforçant plus à démontrer sa présence qu’à s’interroger sur sa signification religieuse et socio-politique. Le projet PolyCRomA (MC-IF 896000) vise à étudier la couleur comme médium de communication de la société qui l’a produite. Avec un protocole qui intègre analyses physico-chimiques sur les couches peintes conservées sur les sculptures, analyse formelle et contextuelle des sculptures et examen des sources écrites et iconographiques qui les représentent, le projet vise à mettre en évidence les caractéristiques techniques et les enjeux sociétaux de la polychromie de la sculpture romaine, à partir de l’étude de plusieurs collections. L’intervention présentera quelques résultats et la structure d’une base de données qui permet d’organiser la documentation produite.

Intervenante
Elisabetta Neri (université de Liège, Belgique), modération Sigrid Mirabaud (INHA)

____

L’événement sur la page de l’INHA : https://agenda.inha.fr/events/le-projet-polycroma-de-la-materialite-a-la-signification-de-la-couleur-sur-la-sculpture-romaine

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search